séisme du Teil - #1 la faille!
Accueil >> Forum >> Refus évacuation en situation de crise

Refus évacuation en situation de crise

| Accueil Forum |
Message du
10 décembre 2021
Par Visiteur anonyme

Bonjour,

Je cherche à savoir s'il existe des recours possibles par les autorités en cas de refus d'évacuer face à un risque majeur.

Je n'ai pas pu trouver de jurisprudence à ce sujet, mais à ma connaissance le pouvoir de police du Maire ne lui permet pas de contraindre à évacuer une habitation en dehors d'une procédure de péril

Et pour ce qui est du Préfet, tout ce que j'ai pu trouver en ligne est sur la version publique du Plan ORSEC du Cher qui précise (page 29) "en cas de refus d'évacuation, une décharge est signée par la personne concernée si les délais le permettent".

(https://www.cher.gouv.fr/content/download/10828/73384/file/plan_orsec_dispositions+generales.pdf)

Ce qui sous-entend a priori qu'aucune disposition ne permet de forcer quelqu'un à évacuer son logement même en cas de danger imminent. Est-ce que quelqu'un aurait des éléments permettant de confirmer ou non ?

Cdt,


 
Le 10 décembre 2021
Par Mathias Lavole (IRMa)
Forum de l'Institut des Risques Majeurs

Bonjour,

Vaste question que l'obligation éventuelle d'évacuer.

Dans le cadre de ses pouvoirs de police, le maire dispose de certains outils pour prévenir les actes de petite délinquance, les incivilités et les comportements irritants qui, s’ils ne méritent pas d’être traduits en justice, doivent cependant être réprimandés, dans le but d’éviter la récidive. C’est l’objet du « rappel à l’ordre », introduit en droit positif par la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, codifiée aux articles L. 132-1 et L. 132-4 du code de la sécurité intérieure (CSI).

Code de la sécurité intérieure, Article L132-7, Création Ordonnance n°2012-351 du 12 mars 2012 - Annexe, v. init. :

"Lorsque des faits sont susceptibles de porter atteinte au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité ou à la salubrité publiques, le maire ou son représentant désigné dans les conditions prévues à l'article L. 2122-18 du code général des collectivités territoriales peut procéder verbalement à l'endroit de leur auteur au rappel des dispositions qui s'imposent à celui-ci pour se conformer à l'ordre et à la tranquillité publics, le cas échéant en le convoquant en mairie. Le rappel à l'ordre d'un mineur intervient, sauf impossibilité, en présence de ses parents, de ses représentants légaux ou, à défaut, d'une personne exerçant une responsabilité éducative à l'égard de ce mineur."


Domaines d’application du rappel à l’ordre

Le rappel à l’ordre peut s’appliquer :

  • Au non-respect des arrêtés de police du maire lorsqu’ils portent sur des questions de bon ordre, de sûreté et de salubrité publiques ;
  • A d’autres faits relevant d’une peine contraventionnelle (essentiellement pour les contraventions pouvant être constatées par la police municipale) ;
  • A des comportements n’emportant pas de qualification pénale.

A titre indicatif, peuvent être concernés : l’absentéisme scolaire, la présence constatée de mineurs non accompagnés dans des lieux publics à des heures tardives, les incivilités commises par des mineurs, les incidents aux abords des établissements scolaires, les conflits de voisinage, les bruits ou tapages injurieux ou nocturnes, certaines atteintes légères à la propriété publique, l’abandon d’ordures, de déchets, matériaux ou autres objets, la divagation d’animaux, etc. En matière de compétence territoriale, le rappel à l’ordre s’applique à un résident de la commune.

 

 

En conclusion :

Le maire peut donc imposer, sur la base d'un arrêté municipal l'évacuation d'un quartier particulier pour un phénomène donné. Il faut cependant que cette évacuation soit motivée et que l'arrêté permette de comprendre la décision prise.

Sauf que, dans certains cas et malgré l'obligation, des habitants refuseront d'évacuer le bien.

Il s'agira donc, pour le maire de se poser la question de repasser avec des forces de l'ordre et d'engager une évacuation forcée du bâtiment ? Cela implique d'avoir un accord du procureur de la République et de retourner ensuite sur les lieux avec des forces de l'ordre. Dans des délais contraints cela peut sembler difficile à réaliser sans s'exposer ou exposer les forces de l'ordre à un risque.

Pour cela, de nombreuses communes font signer une décharge aux habitants refusant d'évacuer. le principe étant de perdre le moins de temps possible. En effet, négocier pendant 10 minutes avec une personne refusant d'évacuer son logement retarde en cascade de 10 minutes l'alerte "évacuation" de la personne suivante.

La démarche serait donc la suivante :

  1. Arrêté du maire portant obligation d'évacuation d'un quartier ;
  2. Information des habitants du quartier de l'évacuation avec effet immédiat ou non ;
  3. Contrôle de l'évacuation et en cas de refus signature d'une décharge (type sapeurs-pompiers) mentionnant le refus d'évacuer sous XXX conditions ;
  4. Contacts entre le maire et le Procureur pour l'informer des difficultés rencontrées ;
  5. Si possible et nécessaire, nouveau passage du maire + forces de l'ordre pour procéder à une évacuation forcée.

 

A savoir : le protocole entre le maire et le procureur de la République

Pour mieux définir la procédure de rappel à l’ordre, un protocole entre le maire et le procureur de la République peut être conclu, définissant le domaine d’application, le domaine d’exclusion, les relations avec l’autorité judiciaire, la conduite du rappel à l’ordre, le suivi et le bilan du dispositif. Ce dispositif impliquera, pour un bon fonctionnement, d’établir des liens et des échanges systématiques avec le Parquet préalablement à toute décision de recourir au rappel à l’ordre.

 

Cordialement

 
Le 10 décembre 2021
Par Sébastien Gominet (Institut des Risques Majeurs)
Forum de l'Institut des Risques Majeurs

Les inondations qui se succèdent montrent à quel point il est compliqué de convaincre certaines personnes d'évacuer et le récent exemple des Alpes Maritimes en octobre 2020 où des personnes sont décédées après un refus d'évacuer nous l'a encore montré. Il est peut-être illusoire de penser y arriver par la contrainte ou la force le jour J et il est probablement préférable de miser sur des actions de prévention et d'information ciblées vers les personnes vulnérables en amont.

Un guide du CEPRI "L'évacuation massive des populations" disponible ici https://www.cepri.net/tl_files/Guides%20CEPRI/guide%20evacuation.pdf aborde en partie ces questions notamment pages 17, 24, 25, 48 et 73

 
Le 13 décembre 2021
Par Visiteur anonyme

En effet, je voulais surtout savoir si dans la théorie c'était possible, en sachant évidemment que ce serait compliqué à appliquer en réalité.

Merci de vos réponses.

 

Répondre en tant que visiteur ou se connecter


(ne sera pas affiché publiquement)


JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

Haut de page