Accueil >> Actualité >> Articles

Accident d'un camion citerne transportant des matières dangereuses sur l'A480 à Grenoble

| le 13-12-2001 | par Laurence Cassagne - Ingénieur, IRMa | 5218 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |

Accident d'un camion citerne transportant des matières dangereuses sur l'A480 à Grenoble

Un camion-citerne s'est renversé hier matin sur l'A 480 à Grenoble à l'aplomb du pont de catane. Il transportait 23 tonnes de produit très toxique à base de toluène provenants de cuves de Rhodia, sur la plate-forme chimique de Pont-de-Claix. Le toluène devait être livré ensuite à une entreprise sous-traitante par la SAMAT, société spécialisée dans le transport des produits dangereux. Pompiers, police et gendarmerie sont intervenus sur place quelques minutes après l'accident. Bilan de l'intervention (Par téléphone le 13 décembre 2001 avec Mr Vidal, capitaine des sapeurs pompiers de la plate-forme chimique de Pont de Claix (membre du service sécurité) : Le produit transporté est le toluène diisocyanate, produit chimique dangereux (très toxique). Il est fortement déconseillé d'en respirer les émanations. Les premiers sapeurs pompiers sont intervenus avec des scaphandres pour éviter tout risque d'exposition dû à une fuite éventuelle. Aucune fuite n'étant décelée, les opérations pour évacuer la citerne ont pu commencer. Le toluène diisocyanate est un produit qui se solidifie (qui passe de l'état liquide à l'état solide) à 15°C. Il est donc réchauffé aux moments des transvasements (dépotage) et se solidifie lors de son transport. C'est un produit qui se neutralise très facilement. A l'aide d'un produit à base d'eau, d'ammoniac et autres, on peut transformer ce produit chimique en urée (produit sans risque). Un véhicule de la plate-forme chimique s'est rendu rapidement sur le lieu de l'accident avec ce produit neutralisant pour le cas où il y aurait une fuite de toluène diisocyanate. Pendant les opérations, les gestionnaires de la crise ont perçu que l'intégrité du stockage n'était pas remis en cause. Il a été ensuite décider de relevé la citerne et non de procéder au transvasement du produit. Cette manœuvre a été possible du fait de la nature même du stockage suffisamment solide de part l'armature entourant la citerne . " C'était le choix le plus approprié en ce qui concerne cet accident " d'après le capitaine Vidal. La circulation a pu être rétablie vers 22 heures grâce au travail des nombreux secouristes.




L'accident a eu lieu sur l'autoroute A 480 au niveau du pont de Catane.
Pour traverser l'agglomération, où résident plus 400 000 habitants, un seul itinéraire est possible pour le transport de matières dangereuses : la Rocade sud et l'A 480 (la ville de Grenoble est interdite aux poids lourds sauf pour les dessertes locales).



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |