Accueil >> Actualité >> Articles

Une concertation plurielle autour du projet hydraulique et environnemental de St-Siméon-de-Bressieux

Le 30-06-2022 | Par Alexia Giroud - Cheffe de Projet hydraulique, SIRRA | 553 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Une concertation plurielle autour du projet hydraulique et environnemental de St-Siméon-de-Bressieux
Aire d’influence des inondations en cas de crue centennale © SIRRA, Res Publica

Ouvrir une large concertation auprès des acteurs locaux, au premier rang desquels les populations, afin d’entendre les voix de chacun. Tel a été le souhait du Syndicat isérois des rivières Rhône aval (SIRRA), après la définition d’un schéma d’aménagement visant la protection des inondations et la renaturation des milieux aquatiques sur la commune de Saint Siméon de Bressieux. Entre réunions publiques, visites de terrain et ateliers d’approfondissement, les rencontres organisées auront mobilisé plus de 150 participants. Comment le Syndicat s’est-il organisé pour mettre en place cette étape capitale et quels en ont été les enseignements ?

Le projet en question porte sur la Baïse et la Rivière Vieille, deux rivières détournées par le passé (usage d’activités économiques), mais dont l’aménagement induit aujourd’hui des inondations sur la commune, affectant des enjeux humains, comme ce fut le cas lors des épisodes de 1988, 1993, 1999, et plus récemment de 2013.

Ruissellements de versant et crues des ruisseaux torrentiels suite aux fortes pluies du 23/10/2013 © Eric Savignon


Aire d’influence des inondations en cas de crue centennale © SIRRA, Res Publica

 De grands principes sur la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations ont été étudiés par le SIRRA en 2020 et proposés à la validation des partenaires locaux et institutionnels qui en actèrent la faisabilité.   

La Baïse et la Rivière Vieille, deux rivières détournées par le passé (usage d’activités économiques), mais dont l’aménagement induit aujourd’hui des inondations sur la commune

Ce schéma d’aménagement vise les objectifs suivants :

  • Améliorer la sécurité des habitants de la commune en réduisant le risque inondation ;
  • Préserver l’environnement, grâce à la renaturation de la Rivière Vieille, de la Baïse et d’une zone humide locale classée Espace Naturel Sensible (ENS de Chardonnières) ;
  • Garantir la dynamique urbaine et économique de Saint Siméon de Bressieux.

Figure 1 : proposition du schéma d’aménagement hydraulique et environnemental sur Saint Siméon de Bressieux_février 2020© TEREO

Les principaux éléments du schéma d’aménagement sont :

  1. La dérivation des eaux de débordement de la Baïse vers la rivière Vieille via un chenal ;  
  2. La renaturation de la Rivière Vieille pour accueillir les crues sans déborder et dévoiement avec la création d’un nouveau lit en dehors du centre-ville ;  
  3. L’aménagement d'un ouvrage de rétention des crues sur le secteur de Chardonnières ;
  4. Les aménagements localisés de la Baïse pour protéger le centre bourg.

Ce projet d’ampleur évalué à l’heure actuelle à près de 4 millions d’euros, bénéficiera du soutien financier de l’Agence de l’Eau, du Département de l’Isère et de la Région Auvergne Rhône Alpes.

8 rencontres furent orchestrées permettant d’expliquer les causes et les conséquences du projet en étant à l’écoute des attentes, des craintes et des demandes exprimées par les usagers

Soucieux de la participation du public, le SIRRA et la commune de Saint-Siméon de Bressieux, ont mis en place une concertation ambitieuse finie en décembre 2021, au travers d’un parcours de rendez-vous créant des lieux de discussions libres.  Aussi, 8 rencontres furent organisées permettant d’expliquer les causes et les conséquences du projet en étant à l’écoute des attentes, des craintes et des demandes exprimées par les usagers.

Pour ce faire, le SIRRA s’était entouré de partenaires spécifiques :

  • Res publica, agence spécialisée dans l’organisation de démarches participatives, mandatée pour préparer, animer et restituer la concertation publique ;
  • La Chambre d’agriculture de l’Isère dont la mission se concentrait sur la rencontre des exploitants directement concernés par le projet pour établir un état des lieux de leur activité agricole, cerner les impacts et proposer des pistes d’ajustement du projet pour les limiter ;
  • La SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) missionnée pour rencontrer individuellement les propriétaires riverains concernés par le projet, afin d’identifier l’usage des parcelles et d’apprécier l’acceptation du projet par rapport aux impacts fonciers ;
  • Le bureau d’études Téréo, garant de l’expertise technique et hydraulique du projet;
  • L'Etat, service Police de l’Eau et des milieux aquatiques (DDT38) en appui sur le volet réglementaire.

Ce pôle d’intervenants, experts dans leur domaine, a offert une concertation riche avec une certaine neutralité grâce au rôle bien défini de chacun. Cette position de recul pour le maitre d’ouvrage, a été mise à profit pour mieux apprécier l’utilité sociale et territoriale du projet.


Figure 2 : Réunion de lancement de la concertation octobre 2020© SIRRA

Au total 150 participants se mobilisèrent avec en parallèle, la rencontre de 13 d’exploitants par la Chambre d’agriculture, de 70 propriétaires par la SAFER, et de 17 réunions bilatérales organisées par le SIRRA avec des riverains et associations.

Ces rencontres ont apporté les éléments nécessaires à la bonne compréhension des volets technique, financier et environnemental au travers de plus de 130 interrogations ayant toutes trouvé réponse au sein des documents de séance. Le SIRRA avait à cœur d’apporter la plus grande transparence sur la démarche et la gouvernance du projet.

130 interrogations ayant toutes trouvé réponse au sein des documents de séance

La concertation a mis en lumière plusieurs points desquels le SIRRA a tiré des enseignements :  

  • Les sujets abordés lors de la concertation ont été très variés et dans l’ensemble, la concertation s’est déroulée dans un climat convivial et d’écoute. Même si les objectifs du projet étaient partagés par la grande majorité des participants, certains sujets restent très sensibles et témoignent d’une opposition : une crispation particulière (et de plus en plus forte en cours de concertation) a été constatée sur la question de l’ouvrage de rétention.
  • Les personnes ayant participé à la concertation étaient en majorité celles que le projet impacte, ne permettant pas un équilibre dans les débats. Il aurait été intéressant que les personnes bénéficiaires du projet (protégées des inondations) fassent aussi entendre leur voix et apportent du poids au bien fondé de la démarche.
  • Une forte capitalisation de données factuelles et historiques du territoire ont apporté au SIRRA des éléments éclairants quant au contexte dans lequel s’inscrit le projet.   
  • La concertation avec les usagers devra se poursuivre et être plus engagée dans les prochaines étapes.

Sur ces phases techniques et sociales, le SIRRA va ajuster la proposition du schéma d’aménagement pour concilier au mieux les attentes de tous. Aussi en 2022, va s’engager la phase de maitrise d’œuvre sur près de trois ans, avant d’aboutir à la phase travaux.

Le bilan de concertation est disponible sur le site internet du SIRRA : https://www.sirra.fr



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |