Accueil >> Actualité >> Articles

Exercice Plan Communal de Sauvegarde dans la commune de Villemoirieu (38)

| le 03-10-2011 | par Laurence Cassagne - Ingénieur, IRMa | 2504 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Exercice Plan Communal de Sauvegarde dans la commune de Villemoirieu (38)

Après une réunion publique sur la problématique des risques majeurs et du plan communal de sauvegarde (PCS) organisée le vendredi 23 septembre, la commune de Villemoirieu a réalisé un exercice PCS, vendredi 30 septembre 2011.

Le groupe de travail « PCS » de la commune de Villemoirieu (1 800 habitants - Nord-Isère) regroupe le Maire et ses adjoints, un conseiller municipal et deux agents administratifs. Cette équipe se réunit régulièrement depuis un peu plus d’un an pour mettre en place une organisation fonctionnelle et opérationnelle.

Vendredi 30 septembre 2011, une simulation a été animée par l’Institut des Risques Majeurs pour tester l’organisation du poste communal de commandement, les procédures mises en place, le transfert des informations, …

L’exercice a débuté à 13h45. La gendarmerie fictive (IRMa) appelle Monsieur le Maire pour l’informer d’un accident de la route mettant en cause une matière dangereuse au niveau d’une zone relativement urbanisée.

Un périmètre de sécurité est mis en place rapidement et l’évacuation des maisons dans un rayon de 150 mètres est organisée par les services de secours. Les principaux axes de circulation sont bouclés par la gendarmerie. Ce sont les premières informations données au Maire lorsqu’il arrive au poste de commandement pompier (PC pompier ou PC de crise).

 

A partir de ce moment, la mairie doit s’organiser pour :

  • Prendre en charge les personnes évacuées (trois points de regroupement sont indiqués au Maire)
  • Répondre aux appels téléphoniques simulés par l’IRMa (appels d’administrés curieux, inquiets, appels de la préfecture et de la presse, …)
  • Déposer des barrières au niveau de lieux définis au PC pompier, ceci afin de libérer des gendarmes appelés à d’autres missions

 

Dans le scénario de l’exercice, la décision de transférer le produit toxique dans un autre réservoir est prise par les experts. Compte tenu de la direction du vent, c’est tout un hameau qui doit être évacué. Lorsque cette opération est envisagée, il n’y a plus de fuite et donc pas de risque. Les membres du PCS peuvent intervenir dans la zone pour informer la population. Il a donc fallu écrire le message diffusé par le haut-parleur communal, installer l’appareil sur un véhicule et aller faire le circuit défini avec la cellule décision.

 

A 15h10, le COS (Commandant des Opérations de Secours) signale au DOS (Directeur des Opérations de Secours) que la situation ne reviendra pas à la normale avant plusieurs heures. La circulation est difficile dans le secteur, il y a des bouchons. Il faut prendre en compte d’autres aspects non directement concernés par l’accident, comme par exemple la sortie scolaire de l’école à 16h30. En effet, tous les parents ne seront pas forcément là pour récupérer leurs enfants.

 

L’exercice s’est terminé à 15h30 et a été suivi d’un long débriefing où les 13 membres de l’organisation communale, présents ce jour là, ont pu s’exprimer. Un élu de Villefontaine, conseiller délégué en charge du PCS, était présent en tant qu’observateur.

 

Le lieutenant de la gendarmerie de Crémieu et les pompiers n’ont pas pu assister à l’exercice car ils ont dû intervenir sur un réel accident de la route sur la commune voisine.

 

Cette première simulation impliquant des réelles actions sur le terrain a permis de travailler sur :

  • La mise en place d’une cellule de crise
  • La gestion des appels téléphoniques
  • La communication interne et externe (attention : ne pas oublier le standard qui reçoit tous les appels extérieurs)
  • L’accueil de personnes
  • Le transfert de personnes
  • L’information de la population
  • La prise en compte des conséquences indirectes possibles d’un événement sur le fonctionnement général de la commune.



Commentaires »


L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |