Accueil >> Actualité >> Articles

Un atelier sur le risque sismique organisé dans le cadre du projet européen Alcotra RiskNat

Le 29-05-2012 | Par Jeanne Boussageon - Géographe / Chargée de projets, IRMa | 3652 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Un atelier sur le risque sismique organisé dans le cadre du projet européen Alcotra RiskNat
Destruction d'une habitation suite au séisme de l'Aquila © Marc Givry Architecte

Plusieurs séismes récents ont été évoqués lors de l’atelier sur le risque sismique du 24 mai 2012 organisé dans le cadre du projet européen Alcotra RiskNat. L’IRMa restitue ici les points communs aux différents évènements présentés en matière de gestion de crise, aspects qu’il apparaîtrait pertinent d’intégrer aux réflexions en matière de planification.

Le 24 mai dernier s’est tenu à Aix-en-Provence l’atelier transfrontalier européen intitulé « Gestion post-sismique opérationnelle - Retours d’expérience et pratiques européennes ». En grande partie consacrée à la présentation des méthodes d’inspection du bâti à la suite d’une secousse sismique développées en France, en Italie, en Espagne et dans le Valais suisse, cette journée a également été l’occasion d’évoquer des séismes récents (l’Aquila - 2009, Haïti - 2010, Lorca - 2011) et leur gestion par les pouvoirs publics, autorités et ONG. L’IRMa revient dans cet article sur le cas de l’Aquila et présente des pistes de réflexion en matière de prise en compte du risque sismique dans les Plans Communaux de Sauvegarde.

Quelques éléments sur le séisme de l’Aquila

Le 6 avril 2009, les Abruzzes sont touchées par un séisme de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter, qui fera 300 victimes. C’est à l’Aquila que les dégâts sont les plus importants : l’ensemble du centre-ville est immédiatement déclaré inhabitable en attendant l’inspection de tous les bâtiments pour déterminer leur niveau d’endommagement. L’évacuation est rendue difficile du fait des routes coupées par la présence de débris, qui compliquent l’accès aux lieux d’accueil, et du grand nombre de personnes à prendre en charge.

27 000 personnes se retrouvent sans logement 48 h après le séisme, mais elles seront au total 67 000 à avoir besoin d’assistance : 31 000 seront hébergées dans des hôtels de la côte adriatique, les autres seront réparties dans les 170 campements d’accueil mis en place.

Après le séisme, le nombre important de sans-abris et la forte demande d’information des habitants pour savoir quand ils pourront regagner leur habitation, fait que l’inspection des bâtiments du centre-ville doit se faire dans l’urgence, pour permettre aux personnes dont les logements sont en bon état de les réintégrer au plus vite. Des quartiers prioritaires sont alors définis pour procéder aux inspections, réalisées par des techniciens agréés ayant reçu une formation spécifique. 36% des logements sont finalement déclarés inutilisables, dont 27 % du fait de l’endommagement même du bâtiment, et 9% pour cause de menace extérieure (immeuble menaçant ruine à proximité par exemple).

En matière de reconstruction, la priorité est donnée à la remise en état des établissements scolaires, pour permettre le déroulement normal de la rentrée scolaire de septembre : des équipes spécialisées sont mobilisées pour l’occasion. La reconstruction des logements du centre-ville ne peut, elle, commencer avant septembre. Une partie de la population est toutefois déjà relogée dans de nouvelles habitations permanentes érigées spécifiquement pour les sinistrés et respectant des normes de construction parasismique. 

Pistes de réflexion pour la prise en compte du risque sismique en matière de planification

Il est ressorti des différents retours d’expérience présentés au cours de la journée un certain nombre de traits communs, malgré la différence des contextes politiques, économiques et culturels et localités touchées. Il semble ainsi qu’en cas de séisme entraînant des dommages aux constructions, les missions suivantes peuvent être considérées comme génériques (liste non exhaustive) :

PHASE D’URGENCE (plusieurs jours)

  • Délimitation des secteurs où les bâtiments doivent faire l’objet d’une inspection
  • Evacuation de ces zones
  • Sécurisation et gardiennage des zones évacuées
  • Accueil et hébergement temporaire des personnes évacuées
  • Définition d’un ordre de priorité pour l’inspection des bâtiments (exemple d’établissements prioritaires : établissements scolaires)

PHASE POST-URGENCE (plusieurs semaines / mois / années…)

  • Organisation de la continuité des activités (exemples : recherche de locaux pour accueillir les classes des écoles sinistrées et reprendre les cours au plus vite, mise en place de bureaux de poste mobiles se déplaçant dans les camps d’accueil des sinistrés)
  • Relogement des personnes dont le logement est jugé inhabitable après inspection du bâtiment
  • Définition d’un ordre de priorité pour la remise en état des bâtiments et encadrement des opérations

TOUT AU LONG DE L’EVENEMENT

  • Information des populations
  • Soutien psychologique des populations (notamment des personnes ayant perdu des proches ou leur habitation)


Dans la mesure où les autorités locales pourraient être amenées à gérer de telles missions, il apparaît pertinent d’y réfléchir en amont, dans le cadre de la mise en place des Plans Communaux de Sauvegarde. Une réflexion peut également être menée par rapport aux éléments suivants :

  • vulnérabilité des bâtiments et infrastructures stratégiques (poste de commandement, lieux d’accueil de la population et routes d’accès…) aux secousses sismiques ;
  • recherche de lieux éloignés de toute construction, ne pouvant donc être endommagés par des effondrements de constructions (grands parkings, stades…) qui pourraient potentiellement servir d’emplacement pour l’accueil des sinistrés ou des blessés par les services de secours.

En savoir plus :

> Risque sismique en Rhône-Alpes : consultez le zonage par commune
http://www.irma-grenoble.com/04risques_rhone_alpes/01atlas_region.php?id_CRA=13



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |