Accueil >> Actualité >> Articles

A Bernin, la Réserve communale de sécurité civile (RCSC) s’est formée avec la Protection civile de l'Isère

Le 09-07-2021 | Par Laurent Boucly & Alexandre Bottollier | 1488 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
A Bernin, la Réserve communale de sécurité civile (RCSC) s’est formée avec la Protection civile de l'Isère
© ville de Bernin

La Réserve communale de sécurité civile s’inscrit dans le cadre du Plan communal de sauvegarde (PCS) pour apporter une aide aux élus et agents communaux lors d’un événement mettant en jeu la sécurité des populations. À Bernin, cette réserve est particulièrement importante car la majeure partie des agents n’habitent pas la commune. Dans le cas où une catastrophe survenait en dehors des heures de services, il serait alors difficile de les joindre et de les rassembler dans les premiers instants. D’autant que les conséquences d’un événement concernent bien souvent un territoire plus important que le territoire communal, dit bassin de risque, en impactant, par exemple, la circulation routière sur l’ensemble d’une vallée. Les agents auraient alors des difficultés à rejoindre la commune.

Les élus et agents présents seraient donc temporairement isolés et devraient faire appel au volontariat des habitants à des heures qui ne sont pas forcément les plus propices pour cela.

Mettre en place une RCSC ?

© ville de Bernin

Avant de mettre en place une RCSC ou même d’y penser, la commune de Bernin avait déjà, dans le cadre du PCS, des volontaires identifiés comme relais de quartier et potentiellement en capacité d’accueillir des sinistrés.

La RCSC permettait aussi d’impliquer les habitants dans la gestion de crise sur leur commune, et de renforcer la place du citoyen comme acteur de la sécurité civile.

Suite à une réflexion plus approfondie sur la mobilisation de personnes ressources en cas d'événement de sécurité civile sur la commune, et  en prenant en compte la difficulté des agents communaux d’être sur place en nombre, rapidement, en dehors des heures ouvrées. Le choix a été fait de mettre en place une réserve communale afin de compléter les effectifs mobilisables lors d’un évènement.

D’autant qu’il est vite apparu que la protection et le soutien à des populations, en raison de la rapidité d’exécution d’une action et/ou de l’importance de la zone d’intervention, pouvait nécessiter des moyens humains importants, même à l’échelle d’une petite commune. Et ce, malgré des effectifs parfois réduits au niveau des agents. D’autre part, la RCSC permettait d’impliquer les habitants dans la gestion de crise sur leur commune, et de renforcer la place du citoyen comme acteur de la sécurité civile tout en participant à renforcer la culture du risque des habitants de la commune. 

La formation de la RCSC : un enjeu opérationnel et de cohésion

L’action de sauvegarde se caractérise par la projection importante, sur le terrain, d’un ensemble de moyens (humains, matériels, radios, véhicules, etc.). Il est donc nécessaire d'organiser ceux-ci. Il convient alors  de savoir où trouver le matériel adéquat (protections, barrières, petits matériels), de savoir comment l’utiliser et comment coordonner les actions sur le terrain (accueil des sinistrés, porte à porte, ravitaillement ...).

La formation de cette réserve apparaît comme une évidence pour qu’elle devienne opérationnelle, au même titre que celle des élus et des agents avec lesquels elle peut être amenée à travailler.

Par ailleurs, les berninois qui ont répondu présents sont animés par des sentiments d’altruisme et d'entraide qui sont de plus en plus rares de nos jours. Il est donc important de les en remercier, de les fidéliser et d’entretenir cet esprit de solidarité et d’engagement.

Voici, pour nous, la philosophie de la journée de formation réalisée par la Protection Civile, pour 11 d’entre eux.

Malheureusement, les budgets alloués ne nous permettaient pas de former la totalité de la réserve. D’autant que certains membres étant encore actifs, il était difficile pour eux de quitter leur travail. Cependant,  il est prévu que cette formation soit reconduite régulièrement pour ceux qui n’ont pu en profiter et pour les nouveaux réservistes.


© ville de Bernin

Une formation entre savoir-faire et savoir-être 

Cette formation s’est donc déroulée pendant une journée entière, en période estivale pour avoir la possibilité d’activités extérieures. Trois ateliers étaient proposés par roulement : les gestes qui sauvent (2h), l’aide et l’écoute psychologique (1h) et la manipulation de matériels spécifiques (pompes, extincteurs) (3h). 

© ville de Bernin
© ville de Bernin

Il est certain que ces modules n’entrent pas forcément dans le champs d’actions du PCS. Il conviendra de compléter ce type de session avec des exercices de simulation de crise et des temps d’information sur les rôles et missions de chacun. Cela dit, ils permettent d’adopter des savoir-faire et des savoir-être en matière de premiers secours, et de répondre à des questionnements personnels vis-à-vis de leur implication dans la gestion d’une situation dégradée. Ces actions de formation contribuent donc à apporter aux réservistes une culture globale de sécurité et de prévention.

Il conviendra de compléter ce type de session avec des exercices de simulation de crise et des temps d’information sur les rôles et missions de chacun.

Globalement, cette journée fut une réussite. D’abord, la motivation des animateurs de la Protection Civile, venus nombreux, et celle des réservistes, a permis des échanges riches et constructifs dans une ambiance décontractée et dynamique. 

Ensuite, chaque membre de la réserve a trouvé les ateliers intéressants et utiles. La gestion du stress des victimes et des sauveteurs a été une découverte riche d’enseignements, la manipulation de matériel spécifique a permis à chacun d’être plus à l’aise, notamment avec un extincteur, et les gestes qui sauvent ont donné une base de secourisme qui fait tant défaut chez nos concitoyens.

Les retours furent donc très positifs, même si le temps accordé au dernier module (extincteurs…) cité a été jugé trop court par rapport à la masse d’informations dispensées.

Ce fut également l’occasion de se rencontrer, d’apprendre à se connaître et de développer des idées quant à l’implication de la réserve dans le PCS

Ce fut également l’occasion de se rencontrer, d’apprendre à se connaître et de développer des idées quant à l’implication de la réserve dans le PCS, mais aussi auprès des habitants de la commune. Le barbecue qui a clôturé cette journée fut convivial, plein d’espoir et de projets pour l’avenir.

Depuis, la crise du Covid a mis un frein à l’élan qui avait été impulsé, et aux formations que nous avions prévues. 

Malgré cela, elle a permis à la réserve citoyenne de Bernin de montrer pleinement l’engagement de ses membres. En effet, ces derniers ont activement participé au maintien du lien social, à la fabrication de masques et de visières de protection, et à l’aide des personnes sensibles. Nous les en remercions chaleureusement. Mieux, leur dynamisme et leur implication ont fait des émules. De 22 membres avant la crise, ils sont aujourd’hui une trentaine. Mais où s’arrêteront-ils ?!

La formation “CRISE” de la Protection Civile de l’Isère (APC38)

© Protection civile de l'Isère

La formation CRISE, pour “Citoyen Réserviste Intervenant en Situation Exceptionnelle”, a pour but de développer chez le réserviste les compétences suivantes :

  • Rôle et missions du réserviste,
  • Savoir agir en situation de stress pour lui-même et autrui,
  • Les Gestes Qui Sauvent,
  • Les principes d’évacuation,
  • La théorie sur la sécurité incendie et la manipulation d’extincteurs.

Elle est ouverte à tout citoyen membre d’une réserve communale de sécurité civile dans le cadre du Plan communal de sauvegarde (PCS). 

Une formation créée suite aux retours d’expérience 

L'une des missions de la Protection Civile est le soutien aux populations sinistrées, notamment suite à des catastrophes naturelles. La Protection Civile de l'Isère a donc déjà participé à des exercices dans le cadre des PCS en partenariat avec les communes du bassin Grenoblois et avec l’Institut des Risques Majeurs. À l'issue de plusieurs réunions et retours d'expérience, les réservistes communaux ont fait part de leur manque de formation ressenti comme déstabilisant au vu de leur rôle lors d'une crise.

Pour répondre à ces besoins, L'APC [1] de l'Isère a créé une formation sur mesure, testée pour la première fois avec les réservistes de Bernin.

Formation CRISE à Bernin, un essai validé !

La formation délivrée aux réservistes de Bernin a également été très enrichissante pour les formatrices et formateurs de l'APC. En effet, elle a été la concrétisation de plusieurs mois de travail de l'équipe pédagogique pour proposer un format et un contenu qui répondent au mieux aux besoins des réservistes. Puisqu'il s'agissait là d'une grande première, nous avons pris le temps d'écouter et de mieux comprendre le travail des réservistes, lors d'une crise, mais aussi dans la prévention, et ce, tout au long de la formation afin de réadapter notre enseignement. C'est à la suite de cette première expérience et devant le retour positif des réservistes que nous avons décidé de pérenniser cette formation, mais aussi de la nommer : CRISE.

[1] L’Association Départementale de Protection Civile de l’Isère (ADPC 38) est récemment devenue Association de Protection Civile de l’Isère (APC 38), pour se mettre en accord avec la Fédération 



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 42 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2021 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |