Accueil >> Actualité >> Articles

Initiatives locales & bonnes pratiques

Submersion marine

Gestion de crise

A Noirmoutier, le prototypage d’une plateforme de gestion de crise intercommunale

Le 05 janvier 2023

Par Béryl Costales - chargée de mission prévention des risques d’inondation, communauté de communes de l’île de Noirmoutier | 1024 vues | Ajouter aux favoris |
A Noirmoutier, le prototypage d’une plateforme de gestion de crise intercommunale
Noirmoutier © Michel Pottier

Depuis 2021 la communauté de communes et les quatre communes de l’île de Noirmoutier se sont engagées dans le prototypage d’un outil de gestion de crise intercommunal avec la société Numérisk. L’idée consiste à faire évoluer l’outil numérique de gestion du Plan communal de sauvegarde (PCS) vers une plateforme favorisant la coopération et la mutualisation des moyens à l’échelle intercommunale.

Numériser et mettre à jour les PCS

En 2021, lorsque le partenariat avec la société Numérisk a débuté, la première étape du projet a consisté à mettre à jour les PCS de chaque commune afin d’actualiser les informations et réviser l’organisation des cellules du Poste de commandement communal (PCC). La plateforme Numérisk PCS propose un environnement numérique instinctif qui permet aux responsables du PCS une prise en main rapide de l’outil et une consultation des informations plus dynamique.

Auparavant déclinés sous format papier les PCS souffraient d’un manque de mise à jour entrainant la caducité de nombreuses données consignées (annuaires, moyens matériels, etc.). Par ailleurs le PCS est connu de très peu de personne et subit le cloisonnement des acteurs en charge de la gestion de crise.

Auparavant déclinés sous format papier les PCS souffraient d’un manque de mise à jour entrainant la caducité de nombreuses données consignées (annuaires, moyens matériels, etc.).

Pour répondre à ces problématiques, le partenariat signé avec la société Numérisk, a amené les responsables des PCS à s’atteler à la mise à jour des informations. Les données de chacune des quatre communes ont été intégrées dans l’outil :

  • Annuaires : du personnel communal, des élus, des gestionnaires de réseaux, des autorités préfectorales, des établissements sanitaires et médicaux, etc.
  • Ressources de la commune : bâtiments, véhicules, stocks divers de matériel, etc.
  • Enjeux : populations, activités économiques, lieux publics ou Établissements recevant du public (ERP) vulnérables, etc.
  • Risques : cartographie de l’emprise de chaque risque technologiique ou naturel présent sur le territoire communal.

Les données ainsi consignées peuvent être actualisées plus facilement et consultées par un plus grand nombre de personnes (SDIS, gendarmerie). Il est possible de paramétrer plusieurs comptes d’accès à la plateforme avec des fonctionnalités et une accessibilité différente. Aussi, selon les missions de chaque agent ou élu, seules les données qui lui sont utiles lui sont accessibles, tout comme les outils de la plateforme. Un outil permet de télécharger, à la carte, les rubriques ou bien l’ensemble du PCS. Enfin, il est possible de téléverser des documents complémentaires (plan d’évacuation d’un camping par exemple).


Données du PCS mises à jour et enregistrées dans la plateforme Numérisk de la commune de l’Épine
© Numerisk, CCIN

Développer des outils favorisant la coopération et la mutualisation des moyens

Une fois les PCS mis à jour, il a été possible de mener une réflexion collective sur le cœur du projet, à savoir le développement d’outils favorisant la coopération et la mutualisation à l’échelle intercommunale. L’avis des membres du Comité technique (COTEC), à savoir le service Gestion du littoral de la communauté de communes de l’île de Noirmoutier (CCIN) et le binôme élu/agent en charge du PCS de chaque commune, a été sollicité.

Plusieurs volets du PCS ont été passés en revue afin de savoir dans quelle mesure les membres du COTEC souhaitaient se partager les informations et dans quel but. À la suite des échanges, une interface de mutualisation des moyens disponibles sur le territoire a été développée par Numérisk. Elle permet de partager et géolocaliser les moyens matériels recensés dans les PCS et précise les coordonnées du responsable du lieu de stockage. En outre, les organigrammes de crise et les annuaires, du personnel et des élus, de chaque commune sont consultables par l’ensemble des collectivités du territoire. Les lieux des PCC sont également visualisables pour toutes les communes.

Une interface de mutualisation des moyens disponibles sur le territoire a été développée par Numérisk. Elle permet de partager et géolocaliser : les moyens matériels recensés dans les PCS, les organigrammes de crise et les annuaires, les lieux des PCC, etc.

L’outil développé, à l’image d’un moteur de recherche, interroge l’ensemble des bases de données des PCS et offre le résultat de la recherche sous l’onglet cartographie. Il est ainsi possible de savoir dans quelle commune se trouve le stock recherché, en quelle quantité, quel est l’interlocuteur responsable, etc. La mutualisation des moyens matériels et humains est au cœur de la gestion d’une crise, la première version de cet outil propose une solution simple et efficace pour recherche une information en autonomie. Une première étape vers la formalisation d’un Plan intercommunal de sauvegarde (PICS).

D’autres pistes de partage d’information ont été discutées, elles n’ont pas toutes fait l’unanimité, mais soulignent l’importance des échanges à ce sujet et le croisement des avis. Par exemple, il avait été discuté du partage des mains courantes pendant un évènement en cours. Cela n’a pas été retenu, car il semblait peu pertinent d’aller consulter les actions prises par les communes voisines en période de crise. Les conclusions des échanges ont fait ressortir qu’il serait plus intéressant d’échanger sur la base des mains courantes en période d’après crise lors du retour d’expérience.


Exemple de recherche des véhicules disponibles dans les quatre communes de l’île sur l’interface de coopération © Numerisk, CCIN

Tester les outils développés et l’organisation des cellules définies dans le PCS lors d’un exercice intercommunal

Après deux phases de prototypage, les élus locaux de l’île de Noirmoutier ont souhaité tester leur organisation et utiliser les outils en condition « quasi réelle » lors d’un exercice de gestion de crise à l’échelle des quatre communes.

La préparation de l’exercice a été menée conjointement par l’équipe Numérisk et les référents PCS afin de construire un scénario réaliste et dimensionné selon les volontés de chaque commune.

Le 29 novembre 2022, l’exercice intercommunal a reproduit une vigilance vagues submersion, un risque d’inondation auquel l’île est particulièrement vulnérable, afin de tester l’organisation des postes de commandement communaux.

Le 29 novembre 2022, l’exercice intercommunal a reproduit une vigilance vagues submersion, un risque d’inondation auquel l’île est particulièrement vulnérable, afin de tester l’organisation des postes de commandement communaux.

Lors de l’exercice, le chronogramme contenant toutes les actions prévues lors de la simulation a été déployé. Le maire, Responsable de l’action communale (RAC) a animé la cellule de crise et coordonné les actions des différentes cellules du PCS depuis l’outil Numérisk.

Individuellement, les communes ont eu à piloter leur cellule de crise et déployer les actions de sauvegarde prévues dans leur PCS.


Exercice intercommunal du 29 novembre 2022 © Paul Bellenfant – Mairie de Noirmoutier-en-l’Ile

Les enjeux sont pluriels :

  1. évaluer l’opérationnalité et l’efficacité des procédures du PCS,
  2. évaluer le niveau de connaissance et les réactions des acteurs de la gestion de crise,
  3. ou encore appréhender la sensibilité de certaines actions, à l’image de la communication en cas de crise.

Exercice de gestion de crise organisé en 2017 à l’échelle des quatre communes de l’Ile © CCIN 

Un exercice similaire avait déjà été organisé en 2017 avec l’appui du SDIS de Vendée, cette année il a permis de tester la plateforme Numérisk, un outil numérique où sont consignées toutes les informations du PCS et depuis laquelle le responsable et directeur des actions communales (RAC et DOS) peuvent piloter la crise. Elle permet par exemple d’envoyer des interventions à d’autres cellules du PCS (logistique, population, communication, etc.), lesquelles peuvent les visualiser, intervenir en conséquence puis faire leur retour au PCC depuis la plateforme. De nombreuses autres fonctionnalités sont disponibles comme l’édition d’arrêtés préenregistrés, la gestion d’un centre d’accueil et de regroupement (CARE) ou encore une cartographie.

L’intercommunalité responsable des ouvrages de protection, au titre de la Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI), a profité de l’exercice pour évaluer son protocole d’astreinte en cas de crise et le temps nécessaire pour installer les barrières anti-inondation de fermeture du système de protection de l’île.

Plus de 100 personnes, dont le service interministériel de défense et de protection civile, le SDIS, la DDTM et la gendarmerie, ont participé à un retour d’expérience collectif à la suite de la matinée d’exercice. L’ensemble des acteurs ont souligné le caractère positif de l’exercice et la bonne prise en main de l’outil Numérisk. Des retours d’expérience à froid vont être programmés afin de travailler sur les axes d’amélioration.


Aperçu de la procédure de gestion de crise du service Gestion du littoral définie par la communauté de communes © Numerisk, CCIN

Le chantier du PICS

Le décret n°2022-907 pris le 20 juin 2022 en application de la loi « Matras » du 25 novembre 2021 modifie le code de la sécurité intérieure et instaure l’obligation pour les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de réaliser un Plan intercommunal de Sauvegarde (PICS). Cette évolution législative se place dans la continuité du projet de partenariat des collectivités de l’île de Noirmoutier avec Numérisk.

La CCIN, dont les moyens humains, techniques et financiers sont plus importants, se positionne déjà en chef de file afin d’insuffler une dynamique collective et favoriser le décloisonnement des acteurs et des organisations. Notamment à travers les actions inscrites dans le Programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) qui lui permettent d’agir tout au long des étapes d’une crise. « Avant », en sensibilisant les maires et les populations à la culture du risque afin d’améliorer la résilience collective. « Pendant » la crise, grâce à l’astreinte du service Gestion du littoral qui répond à ses obligations de gestionnaires de digues classées, ou encore par le marché de travaux d’urgence. Enfin, « après » la crise, elle s’assure du retour à la normale et favorise le retour d’expérience entre les collectivités afin de partager les bonnes pratiques et d’améliorer l’organisation des acteurs en charge de la gestion de crise.

Pour approuver son PICS la CCIN devra finaliser l’inventaire de ses moyens intercommunaux et réfléchir aux modalités de mise à disposition des capacités mutualisées aux bénéfices des communes. L’enjeu de cette solidarité intercommunale, est d’assurer une réponse communale proportionnée et faciliter les arbitrages aux regards des priorités en période de crise. Ces questions sont d’autant plus pertinentes sur un territoire insulaire, comme l’île de Noirmoutier, sur lequel les inondations ne suivent pas les logiques du découpage administratif et peuvent concerner plusieurs communes à la fois.

Témoignage de M. Joël Marrec, premier adjoint de la commune de La Guérinière, en charge du PCS

La prévention, fil conducteur de notre action, nous conduit à l'humilité face à l'ampleur des risques éventuels ; l'union, la conviction des hommes et des femmes du territoire permettront, avec des moyens d'accompagnement adéquats, d'appréhender les temps de crise. L’exercice de  novembre, a été l'occasion de sensibiliser le grand public, la jeune génération sur la protection des citoyens ‒ dans les limites des moyens des communes ; mais aussi de développer la culture des risques, quelle qu’en soit l'origine, auprès de la population et d'accompagner les élus dans leurs missions de protection de nos administrés. L’anticipation fait aussi partie de la gestion de crise. Il y a des tâches de fond comme l’actualisation des données obsolètes qui prend du temps et de la réflexion ; mais qui est tellement utile à l'efficacité en situation d'alerte, un gain de temps aux sauveteurs. Pour moi, il est important de ne pas se contenter d'une belle rédaction de documents. C’est pour ça que l’apport de Numérisk est important, car il nous permet de nous familiariser et de nous approprier l'outil de Numerisk de façon pratique. C'est un excellent outil d'aide à l'intervention fonctionnelle dans l'opérationnalité de nos actions. Malgré le risque, les actions de mutualisation et de coordination concourent à améliorer la réponse face à la crise ! »

 



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 44 :
risques infos

 

JT#5 - Retour sur le séisme du Teil :
journée technique #5
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |