Accueil >> Actualité >> Articles

Risque d'éboulement à Saint Martin le Vinoux (Isère)

Le 02-04-2007 | Par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 4733 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Risque d'éboulement à Saint Martin le Vinoux (Isère)

Avec 140 km de linéaires d’escarpements calcaires, on sait que la région grenobloise est l’agglomération française la plus exposée aux risques d’éboulements en masse. Et c’est précisément sur le massif du Néron au droit de la commune de Saint Martin le Vinoux qu’une colonne de roche de 6 000 mètres cubes menace de s’ébouler près d’une zone habitée. Depuis quelques jours, on parle d’une instabilité rocheuse qui s’accélère. Une procédure d’urgence a été mise en place par la municipalité.

Le Néron, parfois appelé Casque du Néron en raison de sa forme rappelant celle qu'un casque romain, est une montagne du massif de la Chartreuse culminant à 1298 mètres. Et voilà qu’aujourd’hui, on reparle de lui après la canicule d’août 2003 qui avait occasionné sur ce massif des incendies ininterrompus sur plusieurs semaines. Depuis quelques jours, une activité soutenue a été détectée sur une colonne de pierre de 60 mètres de haut et 10 mètres d’épaisseur qui, selon le cabinet d’étude SAGE, ferait 15 000 tonnes, soit environ 6000 mètres cubes. Le point délicat, c’est que cette instabilité rocheuse menace le hameau habité dit de Ripaillère.

L’instabilité est connue depuis un certain temps. La colonne rocheuse a été instrumentée pour surveiller l’évolution du phénomène… qui s’est accéléré ces derniers jours. Interrogé par l’Institut, Monsieur Tudela, Directeur des services techniques de la ville de Saint Martin le Vinoux, revient sur l’évolution du phénomène.

Mise en place en août 2006, la surveillance du site a été développée pour reconnaître les contours précis et le détail de la cinématique de la zone en mouvement. Elle comporte aujourd’hui 4 systèmes de capteurs extensométriques dont les valeurs relevées automatiquement par une centrale sur zone sont  transmises directement auprès du cabinet d’étude SAGE avec un suivi 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Il a été constaté de l’ordre de 6 mn de mouvement en 6 mois sur les instruments. C’est au début du mois de mars que l’accélération du phénomène s’est fait ressentir avec 1,5 mn sur une seule semaine.

Et des sirènes ont été mises en place tout récemment ainsi qu’une procédure d’urgence. Elles sont opérationnelles et prêtes à retentir au cas ou…

Selon Monsieur Tudela, le dispositif vient d’être récemment consolidé par un système d’alerte composé de 2 sirènes qui permettent de générer des alarmes en temps réel, en cas de dépassement des seuils prédéfinis (soit environ 10 mn pour que les sirènes se déclenchent). Le plan communal de sauvegarde (PCS) pourra ainsi être déclenché en même temps que les habitants de Ripaillère évacuent le hameau par leurs propres moyens pour rejoindre le point de regroupement préalablement établi (Le hameau de Ripaillère comprend 23 habitations : 42 adultes et 23 enfants).

Une protection passive de type « merlon » va être mise en chantier dans les meilleurs délais

A partir de calculs de trajectographie, qui estiment la propagation des blocs en cas de chute et précisent l’étendue et la forme que pourra prendre la zone de dépôt de l’éboulement, un merlon de protection, long de 250 mètres et de 9 mètres de haut de sa base, sera construit en amont du hameau de Ripaillère pour le mettre en sécurité. Le chantier devrait commencer le 16 avril et se terminer en 2 ou 3 mois.

Face à un danger éventuel, mieux vaut prévenir, informer et faire prendre conscience

A l’initiative du Maire, Monsieur Ollivier, qui ne voulait rien cacher à ses habitants, plusieurs réunions ont eu lieu dont une session extraordinaire du Conseil municipal, le 20 mars dernier en présence des décideurs et responsables locaux. Les habitants du hameau se sont même regroupés en association, à la demande de la mairie. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens : la colonne finira-t-elle par tomber ? Si oui, quand ? Et comment ?

Le Dauphiné Libéré du 2 avril faisait état du niveau d’inquiétude des habitants du hameau de Ripaillère. Interviewé, Monsieur Dumas, Président de la jeune association des riverains, soulignait « C’est vrai que certaines personnes, dont les propriétés sont plus exposées, ont un peu peur. Une dame a notamment renoncé à garder ses petits enfants pour pâques. Mais ce n’est pas l’affolement général. Car ici à Ripaillère, les chutes de pierres ont toujours fait partie intégrante du paysage et de l’histoire du pays. On sait par exemple que tel ou tel bloc est tombé un beau jour de 1949 ou de 1956. Et on a même baptisé une parcelle de terre : le champ des rochers. Alors… les plus anciens, sont habitués aux mouvements du Néron. Ils sont moins craintifs que les nouveaux ».

Et dans la foulée, le système d’alerte fait des siennes…avec une vrai « fausse » alarme dans la nuit du 1 avril !

Alors qu’une certaine tension est perceptible auprès des habitants du hameau, c’est le jeune système d’alerte qui se met à être défaillant en pleine nuit. Il est 4 h 30 du matin (selon les habitants) dans la nuit du 1 avril quand les sirènes retentissent pendant près d’une heure avant qu’elles ne soient désactivées volontairement par les services municipaux, eux mêmes avertis par un représentant de la nouvelle association des habitants de Ripaillère. Une vingtaine d’habitants du hameau se sont réveillés et ont rejoint à pied le point de regroupement alors que d’autres dans leur sommeil n’avaient rien entendu. De cet exercice inopiné qui n’en était pas un, plusieurs enseignements ont toutefois été relevés par les services techniques de la mairie. En particulier, le fait que les sirènes n’ont pas été entendues par l’ensemble des riverains. Des modes complémentaires de diffusion de l’alerte devraient peut être voir le jour dans les semaines qui viennent selon les services techniques.

Les éboulements en masse, un risque méconnu

Des progrès réguliers ont été réalisés ces dernières années pour tenter de mieux connaître les phénomènes d’éboulements en masse (de quelques centaines à quelques milliers de mètres cubes), en particulier dans la région grenobloise (cf les travaux menés par le syndicat mixte pour l’élaboration et le suivi du schéma directeur de la région grenobloise). Mais c’est encore insuffisant à ce jour. L’enjeu actuel est tripe :

  • Identifier les secteurs de falaise qui peuvent être à l’origine de tels phénomènes
  • Apprécier leur dangerosité, c’est à dire la probabilité qu’un effondrement survienne ici au cours des cent prochaines années. Sur une période d'observation de 1935 à 2000 dans la région grenobloise, 9 éboulements en masse entre 1000 à 10 000 mètres cubes (le risque d'éboulement de Ripaillère est estimé à 6 000 mètres cubes) ont été répertoriés pendant la période d'observation par le LIRIGM. La fréquence (nombre moyen d'éboulements par siècle) de ce volume d'éboulement est estimée à 14 contre 51 pour des volumes inférieurs à 1 000 mètres cubes.
  • Repérer parmi les zones urbanisées ou qui vont l’être dans le futur, celles susceptibles d’être atteintes par ces éboulements. La propagation des volumes de matériaux libérés pose de ce point de vue des questions scientifiques difficiles. En particulier, on sait mal évaluer, pour une zone de départ donnée, l’étendue et la forme que pourra adopter la zone de dépôt de l’éboulement. Le problème concerne aujourd’hui les territoires d’une quarantaine de communes de la région grenobloise (sur les 141 communes qui composent le schéma directeur de la région grenobloise).

Les enjeux

La connaissance des phénomènes et de leur impact potentiel sur le territoire reste à ce jour insuffisante pour les grands éboulements. Le panorama établis par les premières études dans l’agglomération grenobloise a besoin d’être précisé. En particulier, il est nécessaire d’améliorer encore la méthode utilisée pour hiérarchiser, selon leur dangerosité, les compartiments de falaise déjà identifiés. En même temps, il est nécessaire d’avancer dans la définition des périmètres exposés (études de propagation adaptées).

Pour les zones qui seront identifiées comme étant à « risque élevé », la maitrise de l’urbanisation, associée à la mise en place d’un réseau de surveillance, restera le seul outil de prévention. Dans ce cas, le schéma directeur ou le schéma de cohérence territorial (SCOT), les plans locaux d’urbanisme (PLU), pourront, dans le prolongement des PPR (plans de prévention des risques naturels prévisibles), soit interdire la constructibilité, soit la conditionner à des modes restrictifs d’utilisation des sols.

En savoir plus :

> Sur les risques affectant Saint Martin le Vinoux
http://www.irma-grenoble.com/04risques_isere/00commune_fiche.php?NumeroINSEE=423

> Sensibilité des communes de l'Isère aux risques naturels : les chutes de bloc
http://www.irma-grenoble.com/04risques_isere/02atlas_cartes.php?id_carte=6

> Connaître les consignes individuelles de sécurité face à des chutes de bloc
http://www.irma-grenoble.com/03risques_majeurs/03consignes_afficher.php?id_RSD=12



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |