Accueil >> Actualité >> Articles

L'IRMa participe aux réunions en Région du Grenelle

Le 12-10-2007 | Par Céline Brun-Picard - Documentaliste, IRMa | 2926 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
L'IRMa participe aux réunions en Région du Grenelle

Les 12 et 15 octobre, l'IRMa participe aux réunions en Région du Grenelle, pour insister sur la nécessité de donner une impulsion supplémentaire à la politique nationale de prévention des risques majeurs. En la matière, le budget 2008 du Medad laisse en effet seulement apparaître une continuité des actions des précédents gouvernements.

"Un budget de transition"

Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durable, poursuit la mise au point de son projet politique pour le prochain quinquennat.

C’est un projet globalement inédit, à mesure de la singularité historique du "super-ministère" récemment créé. Fédérant les problématiques de l’Equipement et de l’Ecologie sous la bannière « Développement durable », l’objectif est de « décloisonner l’action et faire travailler ensemble des compétences autrefois indépendantes, voire concurrentes ». Afin de définir les grandes lignes de l’action publique nationale de manière concertée, le Grenelle de l’environnement devrait être mené à son terme fin octobre 2007.

Mais à cette heure, le projet de loi paraît, alors même que les discussions engagées dans le cadre du Grenelle sont encore en cours. Pour des raisons de calendrier, les « grandes décisions issues du Grenelle » n’apparaîtront pas dans le projet de loi de finances 2008 ; il s’agit là d’un « budget de transition ».
Voilà qui devrait certainement susciter quelques interrogations, sinon quelques mécontentements, notamment parmi les parties prenantes du Grenelle. Est-il finalement bien prévu que les décisions du Grenelle soient financées ? Et comment ces décisions le seront-elle ?

Quant à nous, nous nous interrogeons sur la question de savoir si la prévention des risques majeurs d'origines naturelle (inondations, mouvements de terrain, tempêtes, avalanches,...) et technologique (risques industriels et nucléaire, risque de rupture de barrages et risques induits par le transport de marchandises dangereuses), sera bien prise en compte dans les décisions finales du Grenelle.

La prévention des risques majeurs ne figure pas parmi les priorités d'action du Medad

Dans la plaquette diffusée par le Medad pour présenter « budget de transition », le ministère affiche ses quatre grandes priorités :

  • "D’abord, nous affichons un budget volontariste en matière de protection de l’environnement.
  • Ensuite, nous redoublons d’efforts en matière de recherche, notamment dans le domaine de la recherche aéronautique et de la prévention des risques et des pollutions.
  • S’agissant des infrastructures de transport, il s’agit de favoriser les modes alternatifs à la route (le transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises en particulier)
  • Enfin, nous maintenons l’effort d’entretien des réseaux routier et ferroviaire en nous inscrivant plus que jamais dans une logique de sécurité et de prévention."

 

Suit la présentation des actions qui seront financées dans le cadre du budget de transition. Compte tenu des risques dits "majeurs", desquels nous nous préoccupons, la plaquette de présentation du Medad fait état des actions suivantes :

  • PPRN : « L’objectif est de couvrir 7000 communes par un PPRN à la fin 2010. 9 M€ y seront consacrés en 2008. »
  • PPRT : « ce sont 420 PPRT qui sont à élaborer. 8,6 M€ sont consacrés en 2008 à cette action. »
  • Plan séismes : « La mise en œuvre du Programme national de prévention du risque sismique décidé en 2004 et en particulier du plan Séisme « Antilles » sera renforcée (3,6 M€). »
  • Financement du fonctionnement de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)
  • Fonds Barnier : il est d’ailleurs précisé, sur la question du fonds Barnier, que, « les ressources annuelles du FPRNM [représentant] environ 50 M€, elles pourraient être augmentées en 2008 pour répondre aux demandes des particuliers et des collectivités et pour financer les programmes lancés par le gouvernement pour réduire la vulnérabilité des personnes et des biens aux principaux risques. »

 

Les actions annoncées confirment donc ce que le programme du Grenelle de l’environnement laissait présager : la prévention des risques majeurs d’origines naturelle et technologique, ne constitue pas une priorité du Ministère. Le projet de budget 2008 laisse d’ailleurs apparaître en la matière, une forte continuité des actions du Medad avec celle du précédent gouvernement.

S’il est annoncé que les crédits affectés aux politiques de prévention des risques et de lutte contre les pollutions s’élèvent à 114,6 M en 2008 soit une progression de 26,4 % par rapport à 2007, et qu'un effort particulier sera fait dans la recherche en matière de risques et de pollution, cette enveloppe reste une enveloppe globale pour l'ensemble des risques existants, comprenant également la question des "nouveaux risques". Nous restons donc en attente de précisions quant aux programmes mis en place sur la question des risques majeurs.

Cela signifie-t-il qu’aucun chantier de grande ampleur ne resterait à engager dans le cadre de la prévention des risques majeurs d’origines naturelle et technologique à moyen, long terme ?

Sous l’égide de l’AFPCN, une réflexion collaborative a été menée parallèlement au Grenelle de l’environnement, impliquant plusieurs associations en lien avec les risques majeurs, à laquelle a participé notre Insitut. L’AFPCN a transmis un total de 12 propositions au Ministre, pour faire avancer plus encore la prévention des risques naturels majeurs en France.

Les 12 et 15 octobre 2007, l’Institut des Risques Majeurs participe en Rhône-Alpes à 2 des 17 réunions régionales lancées par le Grenelle de l’environnement dont l’objectif principal affiché sera de recueillir les commentaires sur la mise en œuvre de propositions annoncées. L’occasion pour l’IRMa de se faire le relais en Rhône-Alpes de la nécessité de considérer clairement le thème du risque majeur.

Faire avancer la prévention des risques majeurs, notamment naturels, apparaît en effet aujourd’hui encore comme une nécessité, en regard à la fois :

  • de la multiplication des catastrophes naturelles et de l’augmentation de leur intensité,
  • et des derniers résultats de la recherche sur le changement climatique, et notamment le rapport de l’ONERC remis il y a quelques semaines au Ministre, qui préconise de développer encore l'information et la culture du risque auprès de la population, notamment en ce qui concerne les événements météorologiques extrêmes (canicules, tempêtes, crues...).

 

 

En savoir plus :

> Plaquette de présentation du projet de loi de finances 2008 / MEDAD
http://www.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/plaquettepdf_cle77c2a1.pdf

> Les propositions du groupe de travail mené par l’AFPCN
http://www.afpcn.org/spip.php?article75

> Site du Grenelle de l'environnement
http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |