Accueil >> Actualité >> Articles

La vigilance s'impose en période estivale face au risque de crue torrentielle

| le 04-07-2014 | par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 2545 vues | Recommander cet article |
La vigilance s'impose en période estivale face au risque de crue torrentielle
Crues torrentielles sur Domène - Aout 2005 - S. Gominet/IRMa

Lorsque la météo menace en période estivale comme c'est le cas pour les prochaines heures en Rhône-Alpes classée en vigilance orange par Météo France, il importe d'ouvrir l'œil. Tout n'est certes pas prévisible mais la surveillance et l'anticipation sont les meilleurs moyens de répondre localement à un orage intense et ses conséquences. Comme chaque année à cette période, notre Institut adresse son message de vigilance aux rhônalpins, notamment aux maires, concernant les risques localisés de crues torrentielles, en particulier sur les secteurs avec du relief.

Depuis le début de l'été, on a observé en France des orages importants accompagnés de grêle qui ont provoqué des inondations, crues et laves torrentielles. Fort heureusement, il n'y a pas eu de victime. Mais les dégâts ont été importants. Les prévisionnistes de Météo France ont annoncé des risques orageux en cette fin de semaine. Si on consulte la carte de vigilance météo, plusieurs départements de Rhône-Alpes sont concernés par la vigilance orange aujourd’hui. La prudence est donc de rigueur, en particulier pour des activités de loisir en montagne sensibles au risque météorologique, par exemple à proximité des cours d'eau.

Pour notre Institut, la vigilance doit être de mise tout au long de l’été

Pour notre Institut la vigilance doit être de mise en Rhône-Alpes pour tout l’été en particulier sur les reliefs. Les phénomènes orageux peuvent être très localisés. Il est aujourd’hui techniquement difficle de prévoir, tout particulièrement en montagne, à quelques kilomètres près où tombera l’eau, et de savoir quelle hauteur d’eau va s’abattre en quelques dizaines de minutes. En effet, la localisation fines des précipitations est particulièrement difficile dans les zones montagneuses que les radars à long rayon d’action déployés en plaine (réseau ARAMIS de Météo-France) ne voient qu’imparfaitement du fait des masques dus au relief.

Les habitants de Domène dans l’Isère et plus largement de la vallée du Grésivaudan, ont encore le souvenir des crues torrentielles du Domeynon de la fin du mois d’août 2005 qui avaient occasionné de nombreux dégâts dans des secteurs urbanisés. Là encore, ces inondations avaient trouvé leur origine dans un phénomène météorologique sans précurseur sur les reliefs des Balcons de Belledonne, sans signe annonciateur d’un événement d’ampleur à l'aval du Domeynon sur son cône de déjection où se trouvent les secteurs urbanisés de Domène. Il n’y avait  pas eu de vigilance particulière de Météo France (vigilance jaune avant le phénomène) voire d’alerte météo préalable lancée par les autorités.

 

Le cas des communes rhônalpines sur les reliefs

Les événements orageux qui se produisent chaque année à cette période en Rhône-Alpes doivent nous rappeler que la nature topographique de bon nombre de secteurs dans notre région combinée aux petits cours d’eau qui les traversent est susceptible de générer des crues et laves torrentielles sur les communes qui y sont implantées avec des phénomènes de ruissellement urbain associés. Ces torrents Rhônalpins sont surtout redoutables par la rapidité de leurs crues, liée à la faible taille des bassins versant, associé à des pentes importantes qui assurent un écoulement rapide des eaux.

Les risques sont augmentés de par la nature de l’aménagement de ces territoires et des enjeux économiques, environnementaux et principalement humains que l’on y trouve. En effet, nombre de ces torrents et rivières torrentielles traversent des secteurs fortement urbanisés. Des phénomènes d’embâcles (obstructions dues à des débris et matériaux divers) et débâcles peuvent être constatés, notamment au niveau des ponts. On assiste ainsi, lors de violents orages, à des débordements avec des dépôts de matériaux et débris divers sur les voieries ou dans les propriétés riveraines.

La prévision des crues torrentielles, qui se manifestent dans ces petits bassins versant à réponse rapide, où les phénomènes peuvent être brutaux, est très liée à la possibilité de prévoir suffisamment à l’avance les précipitations intenses.

L'alerte ne peut être donnée que suite à l'observation locale des précipitations et de l'évolution des débits des cours d'eau. Il appartient donc le plus souvent à la commune de prévoir en cas de phénomène météorologique exceptionnel, une surveillance du cours d'eau et une alerte rapide des habitants concernés. Sur ce point, le plan communal de sauvegarde (PCS), qui est l’outil opérationnel d’aide à la décision du Maire pour faire face à une situation de crise, peut permettre de réduire les conséquences de l’événement (dispositions planifiées de l’alerte dans les zones à risque).

 

Notre message de prévention aux Rhônalpins

Il est important que les populations qui vivent près des cours d’eau, en particulier sur les reliefs, aient conscience de la rapidité avec laquelle ces derniers peuvent devenir dangereux voire dévastateurs.

Il est nécessaire de prendre connaissance des zones à risque aux abords des cours d’eau quand elles sont connues (se renseigner en mairie). Il est également souhaitable de prendre connaissance des informations de vigilance météo mais aussi des informations des services de prévisions des crues quand le cours d’eau est surveillé.

Enfin il est essentiel de respecter les consignes individuelles de sécurité (voir lien ci-dessous sur notre site internet) et les instructions que les autorités locales peuvent dispenser pendant l’évènement (évacuations préventives dans les secteurs à risque par exemple).

En savoir plus :

> Météo France pour les cartes de mise en vigilance
http://france.meteofrance.com/

> Connaitre les consignes de sécurité en cas d'inondation sur le site de l'IRMa
http://www.irma-grenoble.com/03risques_majeurs/03consignes_index.php



Commentaires »


adhesion
inondation de l'Arbresle en 2008
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2017 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |