Accueil >> Actualité >> Articles

Crue fictive du Verderet pour un exercice Plan Communal de Sauvegarde à Eybens (Isère)

| le 03-12-2012 | par Laurence Cassagne - Ingénieur, IRMa | 2386 vues | Recommander cet article |
Crue fictive du Verderet pour un exercice Plan Communal de Sauvegarde à Eybens (Isère)

Alors que la météo de fin novembre est favorable aux inondations, la commune d’Eybens (38) déclenche son plan communal de sauvegarde pour une simulation « crue du Verderet ». Vendredi 30 novembre 2012, un exercice partiel a été réalisé sans que la date exacte et le scénario soient connus par les potentiels joueurs (élus et agents communaux).

La commune d’Eybens possède un dispositif de surveillance et d’alerte en cas d’augmentation de la hauteur d’eau du Verderet, cours d’eau qui traverse la commune et notamment une zone très urbanisée. Le risque est connu et pris en compte.

 

Les objectifs de l’exercice du 30 novembre 2012 étaient nombreux :

Objectif principal :

  • Tester le système d’alerte Orgacrue

  • Vérifier la mobilisation et le fonctionnement  de l’organisation communale entre la cellule Poste de Commandement et les cellules de terrain (logistique, hébergement, ravitaillement, communication)

 

Objectifs spécifiques :

  • Tester le PPMS de l’école des Ruires

  • Informer les entreprises des risques et des modalités du PCS

  • Tester les schémas d’appel et le regroupement des cellules

  • Vérifier les annuaires et les procédures

  • Tester la mise en place des points de bouclage

  • Tester les modalités d’alerte et d’évacuation de la population

  • Tester le haut-parleur

  • S’assurer de l’ouverture d’un lieu d’hébergement

  • Réfléchir au ravitaillement et hébergement de plus longue durée

 

Le dispositif de surveillance du Verderet était au niveau 1 sur 3 suite aux précipitations réelles qui ont eu lieu ces derniers jours sur la région grenobloise.

 

A 8h30, les animateurs font en sorte qu’une des sondes déclenche le niveau 2 du dispositif. A partir de ce moment, des astreintes sont alertées et se déplacent au PC crue, une reconnaissance terrain est mise en place. Les agents partent sur les lieux à contrôler avec une enveloppe qui contient le descriptif fictif des points d’observation. Ainsi ils peuvent rappeler le PC crue pour informer le responsable de la situation.

 

Le bilan n’est pas bon. Il y a un embâcle au niveau du pont du cimetière, les bassins de rétention sont remplis ou presque remplis. Il faut déclencher le PCS.

 

Le poste de commandement communal (PCC) est mis en place et de nombreuses actions sont mises en œuvre durant les 2h30 d’exercice.

 

Quelques points à retenir :

  • Un porte-à-porte a réellement eu lieu avec l’information réelle des habitants et la diffusion d’un petit dépliant.

 

  • La police municipale a diffusé un message par haut-parleur dans le quartier concerné. (attention au message diffusé pendant l’exercice, il est préférable d’écrire un message qui ne précise pas le risque afin d’éviter l’inquiétude des habitants. En effet, même si le message commence par « ceci est un exercice » répété plusieurs fois, il est possible que des habitants ne comprennent le contexte et retiennent « inondation et évacuation ». Donc un message spécial exercice doit être défini en plus du message qui serait diffusé lors d’une réelle inondation avec évacuation.)

 

  • A la préfecture, il faut contacter le service de sécurité civile si vous passez par le standard. A savoir : Il existe un numéro spécifique mis en place par la préfecture de l’Isère pour les appels concernant des événements de sécurité civile.

 

  • Identification des membres du PCS :

Les responsables (le DOS, le référent mairie, les chefs de cellule) doivent rapidement identifiable sur le terrain et au PCC

Les opérationnels « terrain » qui peuvent se retrouver en contact direct avec la population doivent pouvoir montrer qu’ils agissent/travaillent pour la mairie.

 

  • En cas d’évacuation de tout un quartier et l’ouverture de plusieurs centres d’accueil, il serait souhaitable d’avoir une fiche récapitulative visible de tous les membres du PCC pour que l’information soit suivie et connue (feuille paperboard affichée sur le mur).

 

 

Conclusion :

Nous avons noté une très bonne participation des agents et des élus qui ont joué activement leur rôle. Des améliorations vont être apportées au PCS de la commune qui est déjà opérationnel. Les exercices permettent d’améliorer l’efficacité du dispositif communal. En fonction des scénarios et des objectifs, les procédures et les données testées sont différentes. Il ne faut donc pas se contenter d’un seul exercice pour valider le PCS.

 

 

A noter :

La commune d’Eybens a accepté que des représentants de communes grenobloises (Bernin, Claix, Saint Egrève et Seyssinet-Pariset) soient observateurs lors de l’exercice. C’est très intéressant d’observer le fonctionnement d’un PCS et cela permet de mieux comprendre pourquoi il faut se préparer. L’improvisation en cas d’événement important ne permet pas de répondre efficacement aux obligations d’assurer la sécurité de la population.



Commentaires »


adhesion
inondation de l'Arbresle en 2008
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2017 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |