Accueil >> Actualité >> Articles

Le 23 novembre 2006, un éboulement de plusieurs milliers de mètres cube a eu lieu à Séchilienne.

Le 05-12-2006 | Par Céline Brun-Picard - Documentaliste, IRMa | 4099 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Le 23 novembre 2006, un éboulement de plusieurs milliers de mètres cube a eu lieu à Séchilienne.

Une semaine plus tard, un rapport du CETE de Lyon nous permet de revenir sur les circonstances et sur les conséquences de l'événement.

A la suite de l'événement du 23 novembre 2006 après-midi sur le site des Ruines de Séchilienne, le CETE de Lyon, en charge de la surveillance du phénomène, nous a transmis son point de situation daté du 24/11/2006.

Malgré certaines rumeurs, le volume de l'éboulement est finalement estimé par le CETE à "plusieurs milliers de mètres cube", et on ne peut pas entièrement imputer l'éboulement aux précipitations qui se sont produites durant les jours précédents, puisque celles-ci ont été faibles.
Les experts considèrent donc que cet éboulement, "bien qu'apparemment superficiel, semble traduire une évolution dans la déstabilisation du site".

Malgré l'importance des éboulements photographiés dès 9h30 du matin depuis le site de surveillance de Montfalcon (situé sur le versant opposé), les dégâts n'ont pas été importants.
Même si la forêt située sur le cône d'éboulis a fortement souffert des impacts successifs, considérant la route nationale en contrebas, il est à noter que "seulement quelques blocs d'une dizaine de mètres cube ont atteint la Romanche, et deux d'entre eux l'ont semble-t-il dépassée pour s'échouer en rive gauche".
La garantie du suivi du site n'est également pas remise en cause, malgré la disparition de deux capteurs implantés en contre-bas de la zone éboulée.

En fin de rapport, les experts concluent sur la nécessité de porter une attention "particulière" aux courbes de déplacement du site, "surtout si la météo, jusqu'alors relativement clémente, vient à changer". Rappelons en effet que les précipitations représentent un facteur aggravant des glissements de terrain.

 

Source : Rapport du CETE du 24/11/2006, par Pierre Pothérat, Chef du Groupe mécanique des Roches, Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées de Lyon, 69674 BRON Cedex

L'illustration photographique est issue d'un reportage photo de l'IRMa effectué le lendemain de l'éboulement sur le site des Ruines. copyright : Laurence CASSAGNE (IRMa)



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |