Accueil >> Actualité >> Articles

Ruines de Séchilienne : un premier comité consultatif pour le suivi des études des parades hydrauliques

Le 15-04-2008 | Par Laurence Cassagne - Ingénieur, IRMa | 4623 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Ruines de Séchilienne : un premier comité consultatif pour le suivi des études des parades hydrauliques

Le Comité consultatif pour le suivi des études des parades hydrauliques aux Ruines de Séchilienne s’est réuni pour la première fois le vendredi 11 avril 2008. L’objet de la rencontre était de présenter l’avancement des études en cours et notamment, le modèle réduit (maquette) de la rupture du barrage qui serait formé par l’éboulement des Ruines de Séchilienne.

A la demande du Préfet de l’Isère, le Symbhi assure la maîtrise d’ouvrage des études relatives à la conception des parades hydrauliques aux Ruines de Séchilienne.

 

Les études qui ont démarré en début d’année sont :

- Une étude sur modèle réduit (maquette) des modalités de rupture par déversement du barrage naturel susceptible d’être formé par l’éboulement de 3 millions de mètres cubes. Cette étude a été confiée à la CNR.

- Une étude de plusieurs scénarios d’aménagement et de faisabilité de la solution retenue après concertation. Cette étude a été confiée au cabinet SOGREAH.

- Etablissement d’un diagnostic environnemental (habitats terrestres et aquatiques). Ce travail a été confié au cabinet GEN-TEREO.

 

Le Symbhi a également décidé de créer un Comité consultatif afin d’assurer au mieux une concertation de tous les acteurs impliqués.

 

Vendredi 11 avril 2008, lors de la mise en place de ce Comité consultatif, le modèle réduit physique du barrage formé par l’éboulement de 3 millions de mètres cubes a été présenté.

 

Cette maquette, à l’échelle 1/60e, a pour but d’étudier la vitesse d’érosion d’un barrage par surverse des eaux de la Romanche et de fournir des données complémentaires (débit en aval, débit en amont, côte de l’eau au niveau de la retenue, quantité de matériaux transportés, …)

 

C’est un outil scientifique qui permet de modéliser un processus physique très compliqué que les modèles mathématiques ne peuvent pas étudier.

 

Il existe un programme d’essai pour tester différents scénarios en fonction :

- la hauteur du barrage formé par l’éboulement des 3 millions de m3

- les matériaux (taille, nature) constituant le barrage

- le débit de la Romanche

- l’impact d’un second éboulement

 

Les premiers résultats obtenus montrent que le barrage s’érode petit à petit dès que l’eau passe au-dessus. Les matériaux les plus fins (légers) partent immédiatement et la retenue est « rognée ». Il n’y a pas de phénomène de vague ou de surdébit à l’aval.

 

L’hypothèse selon laquelle le barrage cède seulement au moment du pic de crue n’a pas été vérifiée lors des premiers essais.



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |