Matinale 10 loi matras
Accueil >> Documentation >> Risques Hebdo >> Explosions au port de Beyrouth

Explosions au port de Beyrouth

Un incendie accompagné d'une haute colonne de fumée a précédé la double explosion qui a détruit ou endommagé tous les bâtiments situés autour du port de Beyrouth, au Liban, mardi 4 août, à 18h10. « Près de la moitié de Beyrouth est détruite ou endommagée », a déclaré mercredi le gouverneur de la capitale, Marwan Abboud. L'origine du souffle destructeur sur la ville serait l'explosion d'un stock de 2750 tonnes de nitrates d'ammonium qui sert dans la fabrication des engrais, laissé en attente depuis 2014 au port. L’état d’urgence a été décrété pour deux semaines, mercredi 5 août. L'aide internationale a été sollicitée. Le bilan des dommages humains actuels : 158 morts, 60 disparus, 6 000 blessés, 250 000 à 300 000 personnes sans-abris.

Liban / l'effondrement de deux silos à grains du port de Beyrouth, un symbole deux ans après l'explosion

Source : TV5 Monde, 01/08/2022

"Le 31 juillet, à quelques jours de l’anniversaire de l’explosion du port de Beyrouth, des silos à grains se sont effondrés. Depuis plus de deux semaines un incendie s’était déclenché fragilisant encore plus leur structure gravement endommagée par l’explosion du 4 août 2020. Un accident qui ravive les traumatismes des familles des victimes de ce drame. Situés à une trentaine de mètres de cet entrepôt qui avait explosé et dévasté le port, les silos à grains, 48 cylindres d’une cinquantaine de mètres de hauteur répartis en trois rangées, ont fait office de bouclier comme le relatait le quotidien libanais en langue française L'Orient le Jour. Ils ont épargné à la partie ouest de la ville les ravages de la détonation. En avril, le gouvernement libanais avait ordonné la démolition des silos, mais la décision a été suspendue en raison de l'opposition des proches des victimes du drame qui veulent en faire un lieu de mémoire."
À Beyrouth, les vestiges des silos à grains ou l'enjeu d'une mémoire collective : france24

Liban/ Un an après l’explosion de Beyrouth, la quête de vérité et de justice entravée

Source : Amnesty International, 04/08/2021

"Un an qu’une explosion a ravagé le port de Beyrouth. Un an que les Libanais cherchent à obtenir justice. Un an que les autorités font obstacle à cette quête. Le 4 août 2020, plus de 217 personnes ont été tuées et 7 000 blessées quand 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium ont explosé dans le port de Beyrouth. Les destructions massives ont conduit au déplacement de quelque 300 000 personnes, l’explosion ayant provoqué des dégâts jusque dans un rayon de 20 kilomètres. "

Risques Hebdo est réservé aux adhérents, pour le consulter :

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous
Identifiant (votre e-mail)
Mot de passe
Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Profitez de tout le contenu du site (actualités, photos, vidéos, dossiers, articles...) et rejoignez le réseau (accès à toutes nos publications, aux journées d'échanges, aux documents techniques et au forum...)

>> JE CREE UN COMPTE
et je teste

Pour renouveller votre abonnement c'est ici

Pour toute question : celine.lestievent@irma-grenoble.com

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |