Matinale 10 loi matras
Accueil >> Documentation >> Risques Hebdo >> Résultats de la recherche
revue de presse
Mots clés :

"Risque glaciaire"

16 documents trouvés / 2 page(s)

Haute Savoie / Réchauffement climatique : une immense crevasse ouverte au sommet du mont Blanc

[ Risque Hebdo n°843, 02/11/2022 ]
Source : France 3.fr

A Chamonix, Xavier Cailhol, aspirant guide, a découvert, en mars dernier, une immense crevasse apparue au sommet du mont Blanc. "C'est une crevasse qui s'est ouverte le long de l'arête des Bosses, sur 150 mètres de long. En fait, c'est une série de crevasses. La principale fait 16 mètres de large, un pan entier s'est détaché, jusqu'au rocher. Elle s'est creusée a priori dans cet hiver 2021/2022, il n'y a aucun signe visible avant". Il a échangé avec des anciens, guides eux aussi qui ont assuré "n'avoir jamais observé un tel phénomène à cet endroit, à ce moment de l'année" : "Cela veut dire que cela a été très rapide, qu'il ne s'agit pas d'un événement cyclique. Sinon cela se serait déjà produit avant, il est donc lié au dérèglement climatique", conclut-il."

Isère / A la découverte des mystérieux glaciers rocheux dans le Parc national des Écrins

[ Risque Hebdo n°841, 17/10/2022 ]
Source : France 3.fr

"Sur place, je retrouve Xavier Bodin et Eric Larose, deux scientifiques qui se penchent sur cet étrange phénomène. L’un s’occupe de mesurer l’avancée du glacier de pierre avec des images, des bornes géodésiques et des satellites, et relie ces informations avec les données climatiques et météo. L’autre a installé un dispositif très pointu de sismographes permettant d’"écouter" le glacier vivre. Car le glacier rocheux nous parle, et nous raconte sa lente reptation, tel un monstre de pierre qu’on croirait endormi, mais qui bouge imperceptiblement (de l’ordre de quelques cm à quelques mètres par an...) et vit au rythme des saisons. L’ensemble de ces mesures, sismographiques ou photographiques permettent de mieux comprendre l’évolution du permafrost dans nos montagnes. Si les scientifiques cherchent à en savoir plus sur ce type de glaciers, c’est parce qu’ils sont nombreux dans les Alpes. En France, on en dénombre plus de 3000 rien que pour les départements alpins. Et l’évolution de certains d’entre eux constitue une menace, que ce soit quand des remontées mécaniques ont été construites dessus, ou lorsqu’une partie du glacier rocheux se déstabilise et produit des crues torrentielles ou des glissements de terrain qui endommagent les secteurs situés à l’aval. Ca n’est pas le cas de celui du Laurichard, paisible, et loin de toute zone habitée. "

Suisse / Fonte des glaciers : 2022, une triste année record

[ Risque Hebdo n°839, 28/09/2022 ]
Source : France 3.fr

"En une année, les glaciers suisses ont perdu 6 % de leur volume total. Soit 3 kilomètres cubes de glace. Une perte de 2 % en une année était jusque-là considérée comme "extrême", note la Commission d'experts réseau de mesures cryosphère de l'Académie suisse des sciences naturelles. L'année 2022 a ainsi "pulvérisé" tous les records de fonte. A 3 000 mètres d'altitude, dans la région de l'Engadine dans le sud-est de la Suisse et dans la partie sud du Valais, "une couche de glace de 4 à 6 mètres d'épaisseur a disparu, c'est parfois deux fois plus que le maximum" enregistré jusqu'à présent. "Ces évolutions montrent aussi l'importance des glaciers pendant des années chaudes et sèches pour l'alimentation en eau et en énergie", expliquent les experts. Un point crucial pour un pays où l'hydroélectricité assure plus de 60 % de la production totale d'énergie du pays."

Changement climatique en montagne : que dit la science ?

[ Risque Hebdo n°839, 02/10/2022 ]

"En montagne, les glaciers disparaissent et la neige est de moins en moins présente. Peu épais et peu étendu, le manteau neigeux se liquéfie précocement au printemps et apparaît plus tardivement en automne et en hiver. La diminution de masse glaciaire s’est fortement accélérée depuis le début du XXIe siècle : entre 2000 et 2004, les glaciers ont perdu annuellement 227 gigatonnes, et cette perte s’est élevée à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019, montre cette étude. En conséquence, la période de croissance de la végétation – durant laquelle la température de l’air reste supérieure à 5 °C – augmente. Est-ce une bonne chose ? Non, comme on peut le comprendre dans la vidéo ci-dessous. Que sait la science du changement climatique en montagne et pourquoi y est-il plus fort qu’en plaine ? Le réchauffement dépend de l’altitude : cela a été vérifié à l’échelle mondiale et régionale. Ainsi, il se produit plus rapidement en altitude où son impact sera alors plus fortement ressenti."

Le rôle des poussières et du carbone suie dans l'impact du réchauffement climatique sur l'enneigement

[ Risque Hebdo n°838, 20/09/2022 ]
Source : CNRS

"Bien que ces particules accélèrent la fonte et diminuent la durée d’enneigement annuelle, on constate les dépôts de carbone suie, moins importants aujourd'hui, accélèrent donc moins la fonte annuelle que dans les années 1980. A l’inverse, la diminution de la couverture neigeuse est plus prononcée aujourd’hui qu’il y a 40 ans, principalement en raison de la hausse des températures liées au changement climatique. Ainsi, la diminution des dépôts de carbone suie depuis 40 ans compense en partie l'effet du changement climatique sur la durée d’enneigement. Le raccourcissement de la durée d’enneigement liée au changement climatique actuel serait donc encore plus prononcé sans la diminution des dépôts de carbone suie depuis les années 1980. En revanche, bien que les dépôts de poussière désertique influencent la durée de l’enneigement annuel, ils n’ont pas non plus d’effet détectable sur la tendance de long terme de la durée de l’enneigement."

Pour accèder à l'ensemble des archives de Risques Hebdo, connectez-vous ou inscrivez-vous :

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous
Identifiant (votre e-mail)
Mot de passe
Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Profitez de tout le contenu du site (actualités, photos, vidéos, dossiers, articles...) et rejoignez le réseau (accès à toutes nos publications, aux journées d'échanges, aux documents techniques et au forum...)

>> JE CREE UN COMPTE
et je teste

Pour renouveller votre abonnement c'est ici

Pour toute question : celine.lestievent@irma-grenoble.com

 

Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |